quarta-feira, 21 de janeiro de 2015

José de Guimarães – Le Nomadisme transculturel I Pierre Restany



José de Guimarães – Le Nomadisme transculturel
Pierre Restany

ISBN: 978-2-7291-1648-4

Preço: 14,15 euros | PVP: 15 euros
Formato: 21 × 27 cm 
Número de páginas: 224 (a cores)

Edição em francês

EDIÇÃO
Éditions de la Différence

DISTRIBUIÇÃO
Sistema Solar

Assumer le nomadisme transculturel, pour Guimarães, cela signifie être présent aux quatre coins de la planète pour y explorer différents terroirs de la communication et en identifier les signes « ancestraux » d’une symbologie de base, qui, traduits en morphèmes, viendront nourrir la force de travail de l’image, et la rendre « parlante ». C’est ce que l’artiste exprime en une formule lumineuse : « Écouter les images ». La finalité de cette approche anthropologique est tout autant linguistique qu’existentielle. Issus du répertoire magique des civilisations ancestrales, les morphèmes de Guimarães entendent exprimer au quotidien l’authenticité et la force d’impact d’une message qui se situe d’emblée au-delà de la pure narration ou de la simple décoration. [Pierre Restany]

Né au Portugal en 1939, à Guimarães, ville dont il adoptera le nom en tant qu’artiste, José de Guimarães, qui a passé sept années en Angola, s’intéresse à l’ethnographie et à l’art africain. Il travaille sur l’idée d’une synthèse et d’une possible osmose entre les cultures africaine et européenne. Son oeuvre, découverte d’abord en Belgique dans les années soixante, est exposée successivement dans la plupart des pays européens. À partir de 1989, il expose régulièrement au Japon où il réalise de nombreux et importants projets publics, notamment à Tokyo, Kuchiro, Tsumari et Naoshima. En 1993, il effectue plusieurs voyages au Mexique et intègre dans son oeuvre ses recherches sur l’art précolombien. Depuis 1995, il partage sa vie entre Lisbonne et Paris, tandis que de nombreuses expositions lui sont consacrées en Allemagne, en Suisse, en Belgique, en Espagne, au Portugal, au Japon et au Brésil. À partir de 1998, il s’intéresse également à la culture chinoise ancienne et expose à Hong Kong, Macao et Pékin.
Sur l’oeuvre de José de Guimarães, La Différence a déjà publié, en 2003, dans la collection « Mains et Merveilles », une vaste monographie d’Alain Bonfand.


Sem comentários:

Publicar um comentário